Les garçons et Guillaume, à table

Guillaume Gallienne reçoit le Molière de la révélation théâtrale en 2010 pour son seul en scène.

En 2013, il l’adapte au cinéma et remporte 9 récompenses dont quatre Césars pour le meilleur film, le meilleur premier film, le meilleur acteur et la meilleure adaptation.

En spectacle au VOOrire

Voir le programme

Les garçons et Guillaume, à table !

Le premier souvenir que j’ai de ma mère, c’est quand j’avais quatre ou cinq ans. Elle nous appelle, mes deux frères et moi, pour le dîner en disant : « Les garçons et Guillaume, à table ! » et la dernière fois que je lui ai parlé au téléphone il y a deux jours, elle raccroche en me disant : « Je t’embrasse ma chérie » ; eh bien disons qu’entre ces deux phrases, il y a quelques malentendus.

Encore jeune garçon, Guillaume pense qu’il est une fille. Du moins se comporte-t-il comme tel, ce qui n’est pas pour déplaire à sa mère qui ne manque pas une occasion d’entretenir la confusion… Au fil d’un texte touchant et drôle, Guillaume Gallienne dresse le portrait d’un garçon perdu, sujet d’une confusion sexuelle troublante. Confronté à un entourage peu compréhensif, il s’interroge sur sa propre identité, construite à travers les « normes » sociales. Il brouille alors les pistes, entretient la confusion, s’amuse de cette « fragilité » et rend hommage à la féminité. Sans en avoir l’air, et avec beaucoup de dérision, Guillaume donne un bon coup de pied dans la fourmilière parce qu’il ne revendique rien d’autre que sa propre différence et son propre droit au bonheur, dans une société qu’il rêve inclusive.

Approche thématique

Les thématiques abordées par « Guillaume » nous semblent très pertinentes aujourd’hui : la complexité de s’identifier à un genre souvent stéréotypé, la fragilité d’un homme hétéro, ce qu’on nomme « féminité » alors qu’il s’agit de masculinité délicate… il nous semble intéressant d’apporter la voix d’un homme dans le débat ambiant, histoire d’éviter la bien trop fréquente opposition homme-crétin-viril/femme-sensible-victime. Cette voix n’efface pas les autres, elle ne s’oppose pas au combat féministe, tout au contraire, elle s’y ajoute ; il nous semble très important d’apporter des nuances et de la diversité aux discours ambiants. Et plus les voix seront différentes (et respectueuses), plus on gagnera en ouverture d’esprit…

Ce ne sera bien sûr pas un spectacle revanchard, ça restera drôle et plutôt léger, mais nous développerons l’émotion, la fragilité, la finesse de ce personnage et de son parcours. Le tout dans une scénographie qui sera d’une esthétique soignée et développera l’univers intérieur de ce personnage.

 

Une histoire de coming out à l’envers, à la fois drôle, émouvante, captivante

– Le Parisien

Détails

  • De Guillaume Gallienne
  • Avec Jean-François Breuer
  • Mise en scène : Patrice Mincke
  • Scénographie et costumes : Anne Guilleray
  • Création Lumières : Philippe Catalano
  • Visuel : Lou Verschueren
  • Presse : Valérie Nederlandt – 7 Avril Productions
  • Production & Tournée : LIVE Diffusion
  • En coproduction avec le Centre culturel de Verviers
  • Avec le soutien de la Loterie Nationale